Pourquoi la Grèce est déjà en position de force

CRISE DE LA ZONE EUR
La Grèce joue-t-elle les conducteurs fous ? (Crédits : reuters.com)
Romaric Godin 
Alexis Tsipras est-il, comme le titrait samedi Der Spiegel, le « conducteur fou » (Geisterfahrer) de l’Europe ? A première vue, on peut certes en juger ainsi. Officiellement, la Grèce est encore sous perfusion de la troïka, son système bancaire dépend de l’accès à la liquidité d’urgence de la BCE et les échéances de remboursement de dettes, notamment celles dues à la BCE cet été, sont proches. Dimanche à Paris, le ministre hellénique des Finances, Yanis Varoufakis, a d’ailleurs reconnu que son pays était « aux abois. » La logique voudrait donc qu’Athènes fît profil bas et cherche à arracher des concessions à ses créanciers.

Athènes joue la fermeté

Mais le nouveau gouvernement hellénique prend le contre-pied de cette stratégie. Vendredi, Yanis Varoufakis n’a guère joué l’apaisement face à un président de l’Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem, qui en perdait ses repères. Le ministre des Finances helléniques a annoncé qu’il ne discuterait plus avec la « commission branlante » de la troïka et qu’il ne voulait pas de la dernière tranche de 7 milliards d’euros du programme lancé en mars 2012. En théorie, sans accord avec la troïka avant la fin du mois, la BCE doit désormais couper, comme l’a rappelé ce week-end le gouverneur de la Banque de Finlande Erkki Liikanen, l’accès des banques grecques au programme ELA d’aide à la liquidité d’urgence. Ce serait le signal pour une sortie en catastrophe du pays de la zone euro. Faute de liquidités dans les banques, le gouvernement n’aurait d’autres solutions que d’imprimer ses propres billets et d’imposer un contrôle des changes pour éviter l’asphyxie. La Grèce fonce-t-elle alors dans le mur à pleine vitesse ?

Ce n’est évidemment pas si simple. La stratégie d’Athènes repose sur les fruits des échecs précédents. Résumons la situation : depuis l’arrivée d’Alexis Tsipras au pouvoir, la zone euro dispose de deux pôles opposés : au sud, le gouvernement grec réclame une restructuration de la dette et un « new deal » pour l’Europe ; au nord, Berlin reste ferme sur la nécessité de payer l’intégralité des dettes et de maintenir les « réformes. » Pour faire fléchir Angela Merkel, Alexis Tsipras pourrait certes suivre la voie ouverte (et refermée) par François Hollande et Matteo Renzi et proposer d’emblée un accord « réformes contre soutien. »

Echec de la stratégie « réformes contre soutien »

Or, cette stratégie a, par deux fois, échoué. En mai 2012, François Hollande, tout auréolé de sa victoire électorale avait pensé faire céder Berlin par la douceur en lui faisant accepter un plan de relance. Mais fin juin, il acceptait la ratification du pacte budgétaire négocié par Nicolas Sarkozy avant son élection contre un « pacte de croissance » estimé à 120 milliards d’euros, mais dont on n’a jamais réellement vu ni la mise en place, ni les effets et qui, en réalité, est resté dans les placards de Bruxelles. Deux ans, Matteo Renzi, lui aussi fort de sa victoire électorale aux européennes, avait cherché à assouplir le pacte de stabilité et de croissance. Finalement, il a dû renoncer à toutes ses promesses moyennant un plan Juncker famélique et un plan de relance allemand de 10 milliards d’euros dans deux ans et sur trois ans. Autrement dit, rien.

Partant du constat de cet échec, le gouvernement grec ne pouvait adopter la position du suppliant. La situation grecque ne permettait pas d’arracher ce que les deuxième et troisième économies de la zone euro n’avaient pas réussi à obtenir. Or, Syriza doit obtenir un résultat. Rien ne serait pire pour le nouveau gouvernement que la déception des Grecs qui entraînerait un rejet général de la politique et renforcerait les partis plus radicaux et l’opposition extraparlementaire. Compte tenu de la situation politique en Grèce, miser sur un «retour à la raison » des Grecs en cas d’échec de Syriza, autrement dit le vote en faveur de l’ancienne majorité semble très optimiste. Comment faire alors ?

Choix de la fermeté face à la BCE

La stratégie adoptée par Athènes est donc celle de la fermeté. En refusant les 7 milliards d’euros et donc en menaçant de ne rien faire pour empêcher le défaut de paiement ou l’explosion du système bancaire, le gouvernement grec renvoie en réalité les Européens à leurs responsabilités. Il force les Européens à agir dans la direction voulue par Athènes, sauf à provoquer une nouvelle crise de la zone euro. En effet, si la BCE met ses menaces à exécution et que la Grèce sorte de la zone euro, la pierre de touche de la politique européenne s’effondre : l’irréversibilité de l’euro. Dès lors, le risque est que, sur les marchés, les investisseurs réévaluent leurs positions à la lumière de cette réalité. Or, les anticipations d’assouplissement quantitatif (QE) ont créé une vraie bulle sur les pays périphériques (Grèce exclue) qui pourrait alors éclater, forçant la BCE à intervenir non pas dans le cadre de QE, mal conçu pour ce genre de situation, mais de l’OMT. L’ennui, c’est que l’OMT est un outil délicat à manier, notamment en raison de la querelle juridique avec Karlsruhe.

Deuxième conséquence d’une « éjection » de la Grèce par la BCE : les partis « souverainistes » verraient leur hypothèse de base, la sortie de l’euro, validée comme possible. Le FN en France, la Ligue du Nord et le mouvement 5 Etoiles en Italie, ne manqueraient pas d’en profiter. Et si la situation devient catastrophique en Grèce, il leur suffira de pointer le cas particulier grec pour relever que la France ou l’Italie feront mieux… Or, rappelons que la BCE n’existe que par l’euro. Affaiblir la monnaie unique, c’est affaiblir la BCE. On la voit mal se tirer ainsi une balle dans le pied.

Fragilité allemande

En réalité, Athènes joue donc la politique du pire en sachant que les dirigeants européens ne prendront pas le risque du pire. Si, à Berlin, Wolfgang Schäuble est un partisan d’une éviction de la Grèce depuis 2011, il n’est pas certain qu’Angela Merkel adopte la même attitude, elle qui a misé depuis 2010 sur une politique de sauvetage de l’euro. Ejecter la Grèce pourrait lui donner une certaine popularité outre-Rhin, mais ce serait là aussi valider les thèses du parti eurosceptique Alternative für Deutschland (AfD). Ce serait politiquement relancer la demande de la droite de la CDU d’une négociation avec AfD. Malgré l’alignement de Sigmar Gabriel, les Sociaux-démocrates pourraient s’agiter. Surtout, une sortie de la zone euro de la Grèce serait suivie d’une annulation unilatérale de la dette. Pourquoi Athènes continuerait-elle à payer sa dette à des « partenaires » qui l’ont lâché ? Du coup, AfD ne manquerait pas de pointer du doigt le coût pour la contribuable allemand de la politique menée depuis 2010 par Angela Merkel et la CDU. La position de la chancelière pourrait rapidement devenir inconfortable. Sans compter enfin les conséquences incalculables du Grexit sur la conjoncture mondiale et donc la croissance allemande.

La balle est dans le camp européen

Pour le gouvernement d’Alexis Tsipras, il est donc indispensable de maintenir une épée de Damoclès sur les dirigeants européens. S’ils jouent la fermeté, ils risquent d’en payer le prix fort. C’est le sens de la dissolution de fait de la troïka. En tuant la troïka, Athènes a ainsi changé la donne : elle n’est plus dans la position de devoir répondre à des demandes. Désormais, la pression à la BCE qui doit décider si elle met ou non ses menaces à exécution. Le pari d’Alexis Tsipras et de Yanis Varoufakis, c’est que Mario Draghi ne prendra pas le risque de fragiliser la zone euro pour sauver l’édifice de la troïka. Les dirigeants vont alors devoir trouver une parade : fixer une nouvelle date butoir et ouvrir de vraies négociations. Mais désormais, la balle est dans le camp des partenaires d’Athènes, pas dans celui ‘Athènes. C’est cette inversion du rapport de force qui est la grande réussite de cette première semaine du gouvernement Tsipras. Et c’est ce qui explique la rage de Wolfgang Schäuble samedi qui a dénoncé le « chantage » des Grecs.

Position de force grecque

La position grecque est d’autant plus forte parce que la solution que propose le nouveau gouvernement à ses partenaires européens – une restructuration de la dette fondée sur un lien entre croissance et remboursement – est nettement moins douloureuse pour eux qu’une sortie de la zone euro suivie d’un défaut unilatéral. Dès lors, la partie semble jouée d’avance : les Européens vont devoir négocier sur la base du plan grec. Ou accepter la responsabilité du chaos. Wolfgang Schäuble a raison, c’est un chantage. Mais c’est un chantage qui répond à celui que la troïka a mené depuis cinq ans. Et c’est aussi un mouvement stratégique assez remarquable qui tranche avec la passivité allemande.

Comments are closed.